Archives mensuelles : octobre 2015

Le 16 novembre prochain sera organisée à l’Université de Strasbourg une journée d’étude spécialement dédiée à l’érudition moderne, à son importance pour notre connaissance des documents (notamment des écrits pragmatiques) de l’époque médiévale et aux moyens (informatiques) dont nous disposons ou qu’il faut mettre en place pour rendre accessibles, étudier et traiter cette masse documentaire de premier prix trop souvent encore délaissée.

En voici le programme :

Écrits pragmatiques médiévaux
et érudits modernes.
Inventaire, traitement numérique et étude des copies dites « d’érudits »

Responsable : Benoît-Michel Tock

16 novembre 2015

Palais Universitaire – salle 143
9, place de l’Université
Strasbourg

Tout au long du XVIIe siècle, et plus encore du XVIIIe siècle, des hommes ont copié des textes médiévaux ; parfois en les faisant imprimer, mais plus souvent sans avoir cet objectif, ou sans pouvoir le concrétiser. De nombreuses copies, et collections de copies, sont conservées dans les bibliothèques et dépôts d’archives et témoignent de cette activité.

Jusqu’à maintenant cependant, et malgré quelques exceptions, les historiens ont surtout vu dans ces copies un moyen d’atteindre des textes autrement disparus ; ou d’ajouter aux copies médiévales des copies modernes parfois plus fiables.

Ces copies méritent cependant davantage d’attention.

D’une part en veillant à ce qu’ils soient correctement inventoriés, de manière à pouvoir être facilement utilisés. Actuellement, trop de ces manuscrits n’ont fait l’objet que de descriptions sommaires, qui rendent très mal compte de leur contenu et empêchent les chercheurs d’utiliser réellement ces manuscrits.

De nouveaux inventaires ne peuvent bien sûr plus être réalisés de manière purement traditionnelle, mais sous forme de bases de données. Ce qui pose le problème de la réalisation de ces inventaires, de leur support, mais aussi de la prise en compte des genres documentaires. Comment inventorier un manuscrit dans lequel il y aurait des actes, des dessins de pierres tombales et des obituaires ? Que faire des dessins de sceaux ?

Ce travail d’inventaire, austère et peu reconnu, ne peut-il, précisément grâce aux possibilités des bases de données, être avancé grâce à un travail en collaboration ?

Enfin, ces manuscrits d’érudits ne peuvent plus être considérés uniquement comme des gisements de copies, mais comme des réalisations en tant que telles. Le travail des érudits, leurs centres d’intérêt, les caractéristiques de leur travail, leurs méthodes… doivent être mis en lumière, pour mieux comprendre la valeur de leurs copies, mais aussi pour mieux apprécier le travail qu’ils ont fait dans le cadre de l’Europe savante.

À l’occasion de la publication d’un inventaire des chartes contenues dans les tomes 1 à 111 de la collection Moreau (Bibliothèque nationale de France), une table-ronde sur ce sujet, sera organisée à Strasbourg, le lundi 16 novembre, dans le cadre des travaux du consortium COSME.

10h : Accueil (P. Bertrand, B. Tock)

10h15 : Jérémy Delmulle et Frédéric Duplessis (B.N.F.), « Inventorier, identifier et éditer les archives mauristes (XVIIe-XVIIIe s.). Quelques projets en cours »

10h55 : Eliana Magnani (LAMOP), « Le manuscrit Carpentras, B. M., 1586 : Peiresc et l’archevêché d’Arles »

11h35 : Anne Ritz-Guilbert (École du Louvre), « Le projet Collecta et la collection Gaignières »

Déjeuner

13h30: Jean-Baptiste Renault (Université de Lorraine), « Dom Chantelou et les chartes de Montmajour »

14h10 : Mathieu Lescuyer (B.N.F.), « La mise en ligne des catalogues du département des manuscrits de la B.N.F. »

14h55 : Benoît-Michel Tock (Université de Strasbourg), « Le cartulaire de Longpont de la collection Gaignières : manuscrit B.N.F. lat. 5470, avec une présentation de l’inventaire des tomes 1 à 111 de la collection Moreau (B.N.F.) »

15h20 : Débat sur la description des copies d’érudits et sa mise en base de données

Voir le carnet Hypotheses de COSME.

Une journée d’étude sur les inventaires révolutionnaires

Nos collègues de l’IRHT et des Archives nationales organisent, au mois de décembre prochain, une journée d’étude

Recenser les « richesses littéraires de la nation » :
Pour une moisson des inventaires révolutionnaires

vendredi 11 décembre à l’IRHT (40, av. d’Iéna, 75116 Paris)

Pendant la Révolution, les bibliothèques de l’Ancien Régime ont été systématiquement inventoriées en vue des nationalisations et des confiscations de biens. À divers niveaux administratifs, ont été produits des documents variés et complémentaires, qui donnent une vision « en coupe » des bibliothèques de France à la fin du XVIIIe siècle. Les fonds des Archives nationales ne présentent qu’une partie des sources, qui sont aujourd’hui conservées par une multitude d’institutions réparties sur le territoire français et dont les statuts sont divers : archives nationales, départementales et municipales, bibliothèques municipales et universitaires, bibliothèques parisiennes, etc.

Organisée à l’initiative des Archives nationales et de l’Institut de recherche et d’histoire des textes, cette journée d’étude s’oriente autour de deux axes :

  • présenter le projet « Catalogues de bibliothèques ecclésiastiques saisies pendant la période révolutionnaire (1770-1797) » réalisé par les Archives nationales, avec le soutien de l’Équipex Biblissima ;
  • comprendre la dispersion des documents et donner des clefs pour reconstituer des corpus de sources.

L’objectif de cette journée est de proposer aux professionnels de valoriser une partie de leur fonds en replaçant les documents dans un contexte historique plus large et en les mettant en résonance avec d’autres documents complémentaires. Cette rencontre devrait aussi permettre aux chercheurs de mieux comprendre la nature et la structure des sources, socle de leur recherche.

Programme et informations ici